Eric Clément-Demange

Je me souviens de ces rues
Qui menaient vers l’obscur
Je ne le savais pas.
Retrouver les miens que j’avais perdu.
Je me souviens de nos pas
Sur le pavé
Ces bruits et ces pleurs
Ce chagrin que l’on a par avance
De la catastrophe.

Je ne me souviens plus très bien
Des vignes et du vin
Du vent dans les feuilles
Du vent qui fouette le visage
Qui s’engouffre dans les pavillons
Dans un scaphandre bourdonnant.
Ce vent qui glisse
Le long des bras nus
Je ne m’en souviens plus très bien.

Je ne me souviens plus très bien
Des fleurs qui bourgeonnent
Qui proclament
L’arrivée du printemps
Les fruits que l’on attend
Le soleil encore frais
La chaleur à venir
Ces fleurs blanches
Que je regardais pousser
Je ne m’en souviens plus très bien.

Je ne m’en souviens plus très bien.
Des yeux clos par le soleil
Plisser les yeux face à lui
Sentir le vent chauffé, souffler
Les branches qui s’agitent
Les cimes dessinant des cercles
Et jouant avec le ciel

Je ne m’en souviens plus très bien.
Du soleil qui me cuisait
Une lourde chaleur
Qui me tenait dans les bras
Qui me léchait le visage
Je me laissais faire
Jusqu’au moment
Où trop aimé du soleil
Je le quittais
Je ne m’en souviens plus très bien.

Je ne m’en souviens plus très bien.
Des feuilles transparentes
Des insectes qui couraient sur les branches
Les feuilles qu’ils coupaient
Un arbre comme une forêt
Chatouillé par les fourmis
Je ne m’en souviens plus très bien.

Je ne m’en souviens plus très bien.
Ce trou de lumière qui joue avec mes yeux
L’ombre salvatrice qui protège
De temps à autre
Qui empêche le jeu des branches
A toucher le soleil en premier
Je ne m’en souviens plus très bien.

Je ne m’en souviens plus très bien.
Des couleurs qui scintillent
Sous le poids du soleil
Lorsque rien n’était plus important
Que cette feuille
Rien d’autre n’existait.
Je ne m’en souviens plus très bien.

Je ne m’en souviens plus très bien.
De tout cela
Je ne m’en souviens plus très bien.

Détails de Requiem

Série de 9 photographies (encre rouge et traçages au couteau) et de textes,
exposés à la FNAC Nice en 2008.